dimanche 19 juin 2016

Jacque Maillé (avec Paulette Lalande) est allé Rencontrer Justin Trudeau

"be very very quiet i'm hunting wabbits" ~ Elmer Fudd

 Le maire Jacque Maillé (avec préfète de la MRC de Papineau Paulette Lalande) est allé rencontrer le premier ministre Justin Trudeau en février 2016




LA FQM RENCONTRE LE PREMIER MINISTRE DU CANADA
23 février 2016

Une délégation d’élus de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) a rencontré aujourd’hui, à Ottawa, le premier ministre du Canada, monsieur Justin Trudeau, ainsi que plusieurs de ses ministres et députés afin de les sensibiliser aux différentes préoccupations des régions du Québec.

Les représentants de la FQM se sont entretenus notamment avec la ministre du Développement international et de la Francophonie, madame Marie-Claude Bibeau, la ministre du Revenu, madame Diane Lebouthillier, le secrétaire parlementaire du ministre des Finances, monsieur François-Philippe Champagne, ainsi que le secrétaire parlementaire du ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, monsieur Pablo Rodriguez.

Infrastructures
« Nous sommes heureux d’avoir pu nous entretenir avec les membres de l’équipe de M. Trudeau afin de leur faire part, à la veille du budget fédéral, de nos demandes et des besoins des régions du Québec », affirme monsieur Richard Lehoux, président de la FQM. « Les membres du Parlement se sont montrés très sensibles à la réalité des petites collectivités qui peinent à recevoir leur part lors d’investissements dans les infrastructures. J’ai bon espoir que nos demandes trouveront écho dans le budget du 22 mars. »

La FQM demande que les sommes disponibles dans le cadre du renouvellement de l’entente sur le programme Chantier Canada soient accessibles plus facilement pour les petites municipalités.

« Bien que leurs projets d’infrastructures soient moins flamboyants que ceux des grandes villes, ils garantissent une occupation dynamique du vaste territoire canadien », insiste monsieur Lehoux. « Il est essentiel que le premier ministre pose des gestes clairs afin que les communautés locales et régionales puissent obtenir leur juste part et cessent de passer derrière les grandes villes. »

Forêt
La FQM demande également au gouvernement de respecter son engagement électoral et d’investir les « 200 millions de dollars par an pour créer des stratégies sectorielles favorisant l’innovation et les technologies propres dans les domaines comme la foresterie ».

« Nous l’avons mentionné la semaine dernière lors de notre tournée en Abitibi, nous l’avons réitéré aujourd’hui à Ottawa, le gouvernement doit agir rapidement en matière de forêt et distribuer les sommes promises lors de la dernière campagne électorale. Plus de 20 000 Québécoises et Québécois ont perdu leur emploi ces 10 dernières années dans ce secteur; le gouvernement doit agir pour permettre à l’industrie de se relancer et de se moderniser pour le bien des communautés rurales », martèle monsieur Lehoux.

Gestion de l’offre
Dès la signature du Partenariat Transpacifique par le gouvernement conservateur, la FQM s’est portée à la défense de la gestion de l’offre dans l’industrie agroalimentaire. La délégation présente aujourd’hui s’est assurée de rappeler cette position, largement consensuelle au Québec, aux différents élus fédéraux rencontrés. « Nous savons que l’abolition de la gestion de l’offre ferait très mal à l’industrie agroalimentaire et aux régions du Québec. Le gouvernement du Canada doit se faire un devoir de défendre le programme de gestion de l’offre dans son intégralité », termine Richard Lehoux.

La délégation de la FQM était composée de :


Richard Lehoux, président de la FQM, préfet de la MRC de La Nouvelle-Beauce et maire de Saint-Elzéar;
Jacques Demers, vice-président de la FQM, préfet de la MRC de Memphrémagog et maire de Sainte-Catherine-de-Hatley;
Jean Lalonde, préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges et maire de Très-Saint-Rédempteur;
Paulette Lalande, préfète de la MRC de Papineau et mairesse de Plaisance;
Gilles Plante, préfet de la MRC de La Vallée-du-Richelieu et maire de McMasterville;
Scott Pearce, préfet de la MRC d’Argenteuil et maire du Canton de Gore;
Gilbert Pigeon, maire de Saint-Eugène-de-Ladrière et
Jacques Maillé, maire de Lac-Simon.

On voit loin pour notre monde
Depuis sa fondation en 1944, la Fédération québécoise des municipalités s’est établie comme l’interlocuteur incontournable des municipalités et des régions du Québec. Visant constamment à défendre l’autonomie municipale, elle privilégie les relations à l’échelle humaine et tire son inspiration de l’esprit de concertation et d’innovation de ses quelque 1 000 municipalités et MRC membres.

-30-

Pour information :
Marc-Antoine Fortin
Conseiller en relation avec les médias
418 651-3343, poste 263 / 418 564-6224
mafortin@fqm.ca

dimanche 5 juin 2016

Domaine des Pères Sainte-Croix: Flou Autour du Zonage du Futur Projet Le Manitou

"The fault, dear Brutus, is not in our stars,
But in ourselves, that we are underlings." ~ Cassius


"une clientèle de partout, de l’Europe même!"  

«Station Touristique Hôtelière» au Domaine des Pères Sainte-Croix!?


 Incroyable!
  • même après l’avis de motion du plan d’urbanisme ont été déposés le même jour et lors de la même séance que l’adoption des mêmes règlements par le directeur general Jacques Maillé (le 5 octobre 2012);
  • même après Bill Privé Loi #200 présentée par député Alexandre Iracà (Papineau) pour maire Jacques Maillé au Assemblée nationale du Québec (decembre 2014);
  • même après les conseillères municipales Odette Hébert et Chantal Crête ont été exclues de leurs comités et des réunions plénières (caucus) du conseil par maire Jacques Maillé et les 4 conseilliers de l'equipe Maillé en 2014;
  • même après la révision du plan d'urbanisme en 2015 par maire Jacques Maillé et les 4 conseilliers de l'Equipe Maillé en 2015;
  • même après la nouvelle politique de communication par maire Jacques Maillé et les 4 conseilliers de l'Equipe Maillé le 1 avril 2016;
  • même après les 4 conseillers de l'Equipe Maillé ont adopté une résolution se disant favorable à ce projet Le Manitou. Les conseillères Chantal Crête et Odette Hébert ont malgré tout voté contre la résolution visant l'appui au concept le 6 mai 2016...
une procédure de changement de zonage est pourrait être nécessaire pour le Domaine des Pères Sainte-Croix situé dans la zone 35.1-H!

 Le Domaine des Pères Sainte-Croix, dans la zone 35.1-H, est :
  • actuellement en classe usage "R1" (activités récréatives à faible impact) et non pas classe usage "R2" (activités récréotouristiques à impact majeur), et 
  • sans "C-4" autorisant le débit de boisson!
Le zonage permettra d'accueillir Le Manitou
Benoit Sabourin
le 19 juin 2016
Le Droit

Une opinion professionnelle commandée par la municipalité de Lac-Simon confirme que le zonage du site de l'ancien Domaine des Pères-Sainte-Croix permettra d'accueillir le projet privé de station touristique hôtelière Le Manitou.

Au début du mois, les conseillères municipales Chantal Crête et Odette Hébert avaient soulevé des doutes quant au zonage actuel de la zone et aux usages permis sur la propriété en question.

Les deux élues prétextaient que l'absence d'usages permettant les activités récréatives à impact majeur et le débit de boisson allaient possiblement forcer la tenue d'une procédure de changement de zonage.

Les promoteurs du projet Le Manitou souhaitent entre autres opérer sur la propriété de 48 acres un hôtel d'une vingtaine de chambres, une marina, un restaurant ainsi qu'une salle de réception et un lieu communautaire d'exposition d'artéfacts patrimoniaux.

La construction de 80 maisonnettes est aussi prévue dans le projet chiffré à 10 millions $.

Face aux doutes soulevés plus tôt ce mois-ci par les deux conseillères, le conseil a pris soin de réviser le dossier avec le support d'un spécialiste.

 C'est l'urbaniste parajuridique Pierre-Yves Guay qui a réalisé l'opinion professionnelle à la demande de la municipalité.

« L'opinion professionnelle conclut que les dix usages prévus sont tous conformes au règlement de zonage U-12 et que le projet ne requiert aucune modification. II n'est donc aucunement opportun d'amender le règlement du zonage », fait valoir le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé, dans une déclaration écrite. Par l'entremise d'un vote au début mai, une majorité de conseillers à Lac-Simon s'est dite favorable au projet piloté par Serge Després.
  PLUS >>>



Flou autour du zonage du futur projet Le Manitou
Benoit Sabourin
le 05 juin 2016

Alors que le conseil municipal de Lac-Simon a donné son appui au projet privé Le Manitou, ce complexe hôtelier de 10 millions $ prévu sur le site de l'ancien Domaine des Pères Sainte-Croix, voilà qu'une procédure de changement de zonage pourrait être nécessaire afin de laisser libre cours aux développeurs.

Les conseillères municipales Odette Hébert et Chantal Crête, qui avaient voté contre la résolution d'appui au projet, au début mai, prétextant que le conseil appuyait trop rapidement sur la gâchette en donnant son aval au concept sans avoir obtenu de plans et devis clairs, soutiennent que le zonage actuel de la propriété concernée ne répond pas aux besoins du projet.

Le 1565, chemin des Pères, à Lac-Simon, est présentement situé dans la zone 35.1-H, laquelle permet des usages reliés à de l'hébergement touristique et à des activités récréatives à faible impact, entre autres, avancent les deux conseillères.

«C'est clair que le zonage C-4 autorisant le débit de boisson et le zonage R-2 permettant les activités récréations à impact majeur devront être intégrés. Ils souhaitent attirer des gens pas seulement de la région et du Québec, mais des touristes de partout, même de l'Europe», plaide Chantal Crête.

Rappelons que le groupe de promoteurs piloté par Serge Després souhaite l'aménagement sur la propriété de 48 acres d'un hôtel de 20 chambres, d'une marina, d'un restaurant-terrasse avec une salle de réception et de deux piscines. La construction de 80 cabines d'hébergement en forêt est aussi prévue dans l'ébauche du projet.

Analyse en cours

Le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé, a confirmé au Droit que le directeur général de la municipalité, Jocelyn Robinson, avait été mandaté pour analyser la requête des deux conseillères.

«Notre directeur de l'urbanisme nous a dit que le projet était conforme à notre réglementation d'urbanisme lorsqu'il a reçu la présentation le mois dernier. Maintenant, je pense qu'il y a lieu de vérifier ce qui est avancé par Mme Hébert et Mme Crête en fonction de nos spécialistes. Si ce n'est pas correct avec le plan d'urbanisme, les promoteurs devront s'ajuster ou on devra aller en changement de zonage», a-t-il dit.

Mme Crête craint pour sa part que la municipalité subisse les contrecoups de la résolution d'appui du conseil prise au début mai si une procédure de changement de zonage doit être enclenchée et que la population refuse les modifications. Elle rappelle avoir proposé à ses collègues qu'une clause précisant que la municipalité ne soit pas tenue imputable pour les dépenses encourues par le promoteur soit intégrée à la résolution d'appui. Une requête qui n'a pas trouvé écho à la table des élus. «C'est bien beau qu'on peut encore refuser le projet, mais si les promoteurs ont déjà dépensé des sommes importantes, ils vont vouloir être remboursés. On pourrait se retrouver avec des poursuites sur le dos», dit-elle.

Le maire Maillé défend son conseil d'avoir voté trop rapidement. «C'est bien dit dans la résolution que ça n'engage en rien la municipalité d'approuver le projet final», a-t-il indiqué. PLUS >>>

*****************

 Le Domaine des Pères est dans la Zone 35H-1
Regarder le grille de spécification pour la zone 35H-1,  il s’agit d’un GROUPE D’USAGE R1 – Activités récréatives à faible impact. Et les classes d’usages permis sont  C3- C6 et C7.
Pour un débit de boisson, il faut un classe d’usage C4!

Le site est actuellement en zone R1- pour activités récréatives à faible impact. Voir ci-dessous la description des activités extérieures à faible impact:
  • il s’agit d’activités généralement confinés sur moins d’un hectare… le domaine fait 19,5 hectares;
  • Il s’agit d’activités généralement conçues pour desservir la population à l’échelle du voisinage  jusqu’à l’ensemble de la municipalité;
  • Et la gestion de l’usage est habituellement sous l’autorité publique.

En R2- activités récréotouristiques à impact majeur:
  • il s’agit d’activités réparties sur un vaste espace;
  • il s’agit d’activités généralement conçues pour desservir la population à l’échelle de la municipalité jusqu’à l’ensemble de la région ou de la province et au-délà.   (ce qui est clairement le cas avec le projet Manitou..  "une clientèle de partout, de l’Europe même!")

Le projet Manitou tel que présenté (avec hôtel de 20 chambres, marina/quai, restaurant-terrasse, salle de réception, deux piscines, et 80 cabines d'hébergement) est dans la catégorie R2- activités récréotouristiques à IMPACTS MAJEURS!




*****************

Des attaques personnelles contre la conseillère municipale Chantal Crete et sa famille sur Facebook par Association des Citoyens du Lac-Simon!





************








*****************
Bella! 
«Station Touristique Hôtelière» Le Manitou 
L'ancien Domaine des Pères Sainte-Croix 
au Lac-Simon!





















jeudi 2 juin 2016

Facture de Taxes Municipales Salée pour une Propriétaire de Lac-Simon

Facture de taxes municipales salée pour une propriétaire de Lac-Simon!
La Petite-Nation

37 propriétaires contestent leur rôle d'évaluation/compte de taxes!
#‎LacSimon‬ ‪#‎PetiteNation‬ ‪#‎Outaouais‬





*********************
 BLAH  BLAH  BLAH

"(...) Le troisième et dernier dossier était quasi cocasse.  Il s'agit potentiellement de l'une des plus grandes victimes de la taxation au Québec.  Un martyr je vous dis. Du stuff si puissant qu'il devrait intéresser La Facture, Enquête, JE et le "front page" de grands quotidiens.

Un citoyen présent à l’assemblée (que nous appellerons le citoyen questionneux) a questionné madame Crête sur l'une de ses publications Facebook. En effet sur sa page personnelle elle a récemment cherché à savoir si les citoyens étaient ou non satisfaits de la nouvelle évaluation foncière.  Mais, dans le même texte, elle mentionne qu'un citoyen (que nous nommerons le citoyen X évidemment non présent à l'assemblée) lui a dit que ses taxes étaient passées de 4000$ à 10,000$ et ce, sans avoir fait de rénovations !!! Ayoye !

Or donc le citoyen questionneux déplorait que le post de madame Crête fasse passer notre municipalité pour des étrangleurs de contribuables.  Bon, on peut le lire comme ça ou le lire comme étant un souci sincère de s'enquérir du taux de satisfaction des citoyens à l'égard des taxes.  Mais la prudence s'impose dans nos propos sur internet.  On peut bien dire qu'il s'agit d'une page personnelle mais quand on a 1 520 amis....qui taguent, twittent et retwittent, font des saisies d'écran, impriment, emailent, bref c'est préférable de bien penser à nos écrits. Enfin...

Mais revenons à ce mystérieux compte de taxes et surtout à ce mystérieux citoyen X qui s'est adressé à madame Crête selon ses dires. 250% d'augmentation ce n’est pas de la tarte ! Faut-il se surprendre que madame Crête ait protégé l'identité de la victime...?  C'est là que notre maire a saisi la balle au bond.  Le maire a pris la parole pour dire qu'il avait lu lui aussi ce post et que la municipalité avait cherché à savoir de qui et de quoi il s'agissait.  Or, personne n'est venu se plaindre d'une telle monstruosité et, après des recherches, on ne retrouve pas de tels cas !!!

Grand crime, victime inconnue...Pas de cadavre, il faut appeler NCIS...S'en est suivi un brouhaha puis un énoncé du genre 'je vais le voir la semaine prochaine' et une autre conseillère qui semblait implorer le maire de mettre fin à tout ceci. Ce qui fut fait !

Or donc, à retenir de cette séance: campeurs, surveillez votre droit de vote, on ne sait jamais! Dans notre petit match amical avec Duhamel nous avons eu deux de NOS conseillères qui ont scoré dans notre propre filet !  Enfin et à suivre, l'histoire du citoyen X par Chantal Crête.

Bon. J'essaie autant que possible de me tenir loin du 'bitchage' ou du commentaire polarisé. Mais je ne crois pas qu'il s'agisse ni de l'un ni de l'autre.  Du rapportage sans plus.  De plus, en ce creux d'hiver, les campeurs vous êtes loin du lac, plusieurs aussi dans le sud à lire cela.  Je me suis dit que vous auriez de cette manière des nouvelles de la maison tout en cherchant à vous faire sourire en boni !  Aux snowbirds Simonets je dis aussi que vous pouvez commencer à penser revenir.  Car l'atmosphère ici semble...heu....se réchauffer !

Luc Poupart

06/03/2016"

mercredi 25 mai 2016

La Mairie de Lac-Simon Sera Agrandie

 $290 000 + $400 000 + $150 000 + ... = $$$ $$$


La mairie de Lac-Simon sera agrandie
Jessy Laflamme
21 mai 2016
La Petite Nation

La municipalité de Lac-Simon a acheté les terrains en janvier dernier situés aux côtés de la mairie au coût de 290 000 $ afin d'agrandir cet édifice et d'aménager une halte routière.

Pour ce qui est de l'agrandissement du bâtiment, un montant de 400 000 $ provenant du surplus de la municipalité a été affecté à ce projet. La municipalité tentera également d'obtenir de l'argent au niveau fédéral. «On n'en aura pas assez, car le bâtiment ne répond pas aux normes actuellement, il faut donc aller chercher des subventions», précise le maire Jacques Maillé.

Ainsi, la municipalité présentera le projet au gouvernement fédéral pour obtenir des fonds et amorcera le processus de soumission pour connaître le coût de cet agrandissement du bâtiment. La salle communautaire sera notamment plus grande et l'édifice sera dorénavant légal. Par exemple, une sortie sera ajoutée au sous-sol.

D'autre part, une somme de 150 000 $ provenant de la taxe d'essences a été réservée pour l'aménagement du terrain situé sur le chemin du Tour-du-Lac. La municipalité attend de voir les plans finaux avant d'aller de l'avant.

Elle a toutefois déjà demandé à Jean-Guy Paquin de construire un panneau relatant l'aspect historique et la vie économique de la baie Gamache, car on retrouvait une scierie à l'époque au lac Barrière.

De plus, la municipalité espère offrir différents services à cet endroit, dont une borne rechargeable pour les véhicules électriques. On retrouvera aussi une halte construite vis-à-vis la baie Gamache construite en pruche qui comprendra une table de repas pour luncher et deux balançoires ainsi qu'un rack à vélo. Le service Internet Wi-fi sera offert gratuitement sur ce site.

Le stationnement sera aussi agrandi. Pour ce faire, une résidence située près de du bâtiment municipal sera démolie.

De plus, la municipalité installera un quai sur la baie Gamache pour permettre aux gens d'amener leur kayak ou autre embarcation de ce genre pour une ballade. Il sera possible de profiter de ce quai gratuitement.

La municipalité a aussi acquis les quais de Saint-Onge, soit 17 emplacements pour les résidents de l'Île du Canard blanc qui doivent obligatoirement utiliser un bateau pour se rendre à leur demeure. «On accepte la construction sur l'île, mais on laisse les gens se débrouiller, souligne M. Maillé. Certains stationnent leur bateau chez des copains ou des campings. On veut maintenant leur assurer une sécurité à moyen et long terme.» Les quais municipaux devraient aussi être allongés afin d'accueillir un maximum 50 bateaux. PLUS >>>

dimanche 15 mai 2016

Club de Golf Stéphane Richer Vendu a Gestion Paul André Charbonneau!

 Le Club de golf Stéphane Richer vendu a Gestion Paul André Charbonneau

Le Club de golf Stéphane Richer vendu
Marie-Charlotte Paquette
12 mai 2016
La Petite Nation

L'entreprise Gestion Paul André Charbonneau s'est portée acquéreuse du Club de golf Stéphane Richer. Le site demeurera un terrain de golf, dont l'ouverture est prévue pour le 20 mai prochain.

Le montant d'achat est confidentiel, mais le parcours de 18 trous était en vente depuis plusieurs mois pour 1 998 000$. «Je suis extrêmement content. L'économie de la région en souffrait avec une perte de 15 emplois. Ça redonne une dynamique économique dans le coin. Les gens pourront revenir faire du golf», se réjouit le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé. Comme le nouveau propriétaire désire conserver la vocation du lieu, des employés seront nécessaires. Une rencontre est prévue avec l'ancien personnel afin de vérifier leur disponibilité.

Le pro de golf, Ron Téoli a par ailleurs accepté de devenir opérateur du golf en partenariat avec l'acheteur. «M. Téoli apporte une très grande expérience dans le domaine, depuis plus de 20 ans. Très connu dans la région, il est un excellent organisateur d'événements et nous réserve quelques surprises pour l'année 2016», explique par communiqué la courtière immobilière de Sotheby's International Realty Québec qui s'occupe du dossier du golf, Rachelle Demers.

Les acheteurs auraient pris leur décision en vue de garder en opération «ce bel attrait touristique de la région de l'Outaouais, qui représente de belles retombées économiques sur cette région, ainsi que de la création d'emploi», souligne-t-elle. Il se pourrait que Gestion Paul André Charbonneau fasse des investissements, cependant leur nature n'a pas été dévoilée. L'option d'un «petit développement de condos en bordure du Lac-Simon» est possible.

Le tournoi de lancement d'ouverture est prévu pour le samedi 18 juin, mais le propriétaire doit confirmer le tout. «Pour les intéressés, tournois ou autres événements, le permis d'alcool est en vigueur», fait savoir Mme Demers. L'année dernière, lorsque l'entrepreneur Daniel Déziel était opérateur locatif, le permis avait été délivré tard en saison, ce qui aurait affecté la saison de golf. PLUS >>>


Le club Montpellier change de mains
Benoit Sabourin
12 mai 2016
Le Droit

Il y aura finalement une saison 2016 au club de golf Montpellier-Lac-Simon. Le parcours de 6032 verges, propriété de Stéphane Richer depuis 1998, a été vendu au promoteur immobilier bien connu dans la région de l'Outaouais, Paul-André Charbonneau.

La transaction a été conclue en fin de journée jeudi. Le montant de la vente demeure confidentiel.

Rappelons que le terrain de 18 trous, situé à cheval entre Montpellier et Lac-Simon, avait été remis sur le marché l'automne dernier au coût de 1 998 000$, après qu'une entente sous formule de location-achat ait échoué entre l'ancienne vedette du Canadien de Montréal et l'homme d'affaires gatinois Daniel Déziel.

Tout récemment, la nouvelle voulant qu'il n'y aurait pas de saison de golf à Montpellier cet été avait été confirmée par la courtière immobilière chez Sotheby's International Realty Québec, Rachelle Demers.

Cette dernière a confirmé jeudi soir, par voie téléphonique, que les activités du club reprendront au plus tard le 20 mai. Une réunion d'information est prévue au club, ce dimanche 15 mai, à 13h

«Je peux vous garantir que cette fois, il s'agit d'une vente. Il ne s'agit pas d'une location. M. Richer n'est plus là du tout», a affirmé Mme Demers au Droit.

Emplois préservés

D'après le communiqué de presse qui a été émis en soirée, la nouvelle administration compte réembaucher les anciens employés de l'endroit. On parle d'une vingtaine d'emplois au total.

Par ailleurs, Ron Téoli, l'ancien directeur général du club qui compte plus de 20 années d'expérience dans le domaine, revient à la barre des opérations de l'entreprise.

Le communiqué de presse fait également mention de la possibilité pour le nouveau propriétaire d'investir dans un projet de développement de condominiums en bordure du lac Simon, toujours sur le même terrain. PLUS >>>

samedi 7 mai 2016

«Station Touristique Hôtelière» au Domaine des Pères Sainte-Croix?

"une clientèle de partout, de l’Europe même!"  

«Station Touristique Hôtelière» au Domaine des Pères Sainte-Croix?

 Le Domaine des Pères est dans la Zone 35H-1
Regarder le grille de spécification pour la zone 35H-1,  il s’agit d’un GROUPE D’USAGE R1 – Activités récréatives à faible impact. Et les classes d’usages permis sont  C3- C6 et C7.
Pour un débit de boisson, il faut un classe d’usage C4!

Le site est actuellement en zone R1- pour activités récréatives à faible impact. Voir ci-dessous la description des activités extérieures à faible impact:
  • il s’agit d’activités généralement confinés sur moins d’un hectare… le domaine fait 19,5 hectares;
  • Il s’agit d’activités généralement conçues pour desservir la population à l’échelle du voisinage  jusqu’à l’ensemble de la municipalité;
  • Et la gestion de l’usage est habituellement sous l’autorité publique.

En R2- activités récréotouristiques à impact majeur:
  • il s’agit d’activités réparties sur un vaste espace;
  • il s’agit d’activités généralement conçues pour desservir la population à l’échelle de la municipalité jusqu’à l’ensemble de la région ou de la province et au-délà.   (ce qui est clairement le cas avec le projet Manitou..  "une clientèle de partout, de l’Europe même!")

Le R2… ça comprend une boutique de vente, un centre de location, un parc de Véhicules récréatifs, un camping, etc. Et concept de 80 chambres en maisonnettes… avec stationnement de VR, et centre de location d’appareils nautiques motorisées...

Le projet Manitou tel que présenté tombe dans la catégorie R2- activités récréotouristiques à IMPACTS MAJEURS!




*****************

Le projet Manitou créerait 50 emplois à Lac-Simon
Jessy Laflamme
6 mai 2016

La Petite Nation

Des citoyens de Lac-Simon ont assisté à la présentation du projet Manitou, vendredi soir, immédiatement après la réunion du conseil municipal où quatre élus ont adopté une résolution se disant favorable à ce projet situé au Domaine des pères Sainte-Croix.

De leur côté, les conseillères Odette Hébert et Chantal Crête ont voté contre la résolution en mentionnant qu'elles n'appréciaient pas cette façon de faire.

«Ce n'est pas notre mandat en tant qu'élu d'adopter des projets d'affaires provenant du privé. Notre mandat est plutôt de veiller à ce que la réglementation soit respectée», a affirmé, entre autres, Mme Crête.

Le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé, explique que les promoteurs désiraient savoir si la municipalité était en faveur du projet avant d'investir des sommes supplémentaires. Dans la résolution, il est inscrit que ça n'engage pas la municipalité à accepter le projet final.

Il s'agirait du deuxième projet élaboré par la société à numéro 9295-2985 Québec inc. pour le Domaine des pères. Le premier aurait avorté, en 2014 tout juste après que la société achète l'endroit. Cet été-là, la Fiducie nationale du Canada (Héritage Canada) avait classé le Domaine des pères parmi les 10 sites patrimoniaux les plus menacés au Canada, et un article de la journaliste Marian Scott, de la Montréal Gazette a soulevé les tensions au sein de la municipalité, concernant ce dossier. Ces deux événements auraient fait fuir les investisseurs. «Ils ont déchiré les lettres. On a reçu des appels et des courriels en moins d'une heure après [la parution]», explique M. Poupart, ajoutant qu'ils avaient peur de voir des citoyens mécontents manifester devant le site.

Le montage financier a été refait et quelques modifications ont été apportées au projet, dont le fait que le site ne sera finalement pas morcelé afin de vendre des parcelles de terrain.

Le manitou consiste à un complexe hôtelier où l'on retrouve 20 chambres conventionnelles ainsi que 80 chambres en cabane. L'aspect architectural des bâtiments serait conservé et deux piscines seraient construites. Des sentiers pédestres seraient aussi aménagés ainsi qu'un quai donnant accès au lac Simon.

«Le but est de rendre le site accessible à tout le monde et d'accueillir tous les types de clientèle», a expliqué M. Poupart ajoutant que ce projet créerait une cinquantaine d'emplois permanents.

Les gens présents dans la salle semblaient se réjouir de voir un tel projet se concrétiser. M. Poupart a affirmé qu'il aimerait que la construction du site commence cet été afin de débuter l'exploitation de l'endroit dès 2017.

Le directeur général de ce projet est Serge Després et les deux directeurs financiers sont Ron Levac et Michel Brisebois.

Le bureau d'avocat Lapointe-Beaulieu confirme que le solde en taxes impayées à la municipalité de Lac-Simon par la société de la famille Després, 9295-2985 Québec inc., pour le Domaine des pères, ainsi que pour l'ancien Bar l'Aventure, propriété d'Alexandre Després a été payé officiellement, mardi. Au total, les sommes dues s'élevaient à près 106 000$ pour les «taxes de Bienvenue», les taxes foncières 2014-2015-2016 ainsi que les intérêts et pénalités.

Selon M. Poupart, lorsque les investisseurs ont quitté le navire en 2014, ils sont repartis avec leur investissement, ce qui a fait en sorte qu'il a été plus difficile de payer ces taxes pour la société à numéro. PLUS >>>



«Station touristique hôtelière» au Domaine des Pères Sainte-Croix?
Benoit Sabourin
06 mai 2016
Le Droit

C'est un complexe hôtelier de l'ordre de 10 millions de dollars que projette de développer les promoteurs du projet Le Manitou, à Lac-Simon, sur l'ancien site du domaine des Pères Sainte-Croix.

Le directeur des communications pour Le Manitou et courtier immobilier, Luc Poupart, a dévoilé vendredi soir, en marge de la séance du conseil municipal de Lac-Simon, les détails du projet de relance de l'ancien lieu de repos des religieux vendu en mars 2014 à des intérêts privés appartenant à l'homme d'affaires Alexandre Després.

La «station touristique hôtelière» que souhaitent aménager les promoteurs sur l'immense propriété de 48 acres propose la mise en opération d'un hôtel de 20 chambres, l'aménagement d'une marina, d'un restaurant-terrasse avec une salle de réception et de deux piscines, de même que l'érection de 80 cabines en forêt comprenant chacune une chambre et une salle de bain.

Les promoteurs estiment que 50 emplois à temps plein et 50 sur une base saisonnière ou à temps partiel serait créées avec l'ouverture de l'endroit. L'échéancier prévoit le début des travaux dès cette année afin d'opérer l'endroit en 2017.

«L'annonce de la non-exploitation du golf de Stéphane Richer, ç'a tombé comme une masse dans la région. C'est une vingtaine de familles chez nous qui viennent de perdre leur emploi. On espère que ce genre de projet va lancer un signal fort pour contribuer à faire en sorte que des investisseurs vont vouloir récupérer le golf», a indiqué M. Poupart devant la trentaine de résidents, vendredi soir.

Préservation du patrimoine

Selon le plan du projet, la préservation intégrale de l'enveloppe extérieure du bâtiment principal de l'ancien domaine serait respectée, conformément au règlement de citation municipal entériné en 2012 par la municipalité de Lac-Simon afin de protéger le caractère patrimonial des lieux.

La rosace de l'ancien réfectoire et la mise à niveau dudit bâtiment sont d'ailleurs prévues dans les travaux. L'ancienne salle de rassemblement des religieux accueillerait un centre de location d'embarcations nautiques non motorisées et un musée axé sur l'histoire de la région.

Afin d'encourager le respect de l'environnement et d'éviter la dégradation de la qualité de l'eau dans le secteur de la Baie Groulx, la plage qui serait aménagée sur les lieux ne serait réservée qu'à la baignade et à la navigation non motorisée.

Procédure critiquée

Si l'ébauche de projet a reçu un accueil favorable de la part des élus et des citoyens, vendredi soir, les conseillères Chantal Crête et Odette Hébert ont malgré tout voté contre la résolution visant l'appui au concept du Manitou.

Les deux conseillères ont applaudi la teneur du projet, mais dénoncent le fait que la municipalité se prononce sur un dossier embryonnaire qui n'a fait l'objet que d'une rencontre préliminaire entre les élus.

Mme Crête dénonce notamment le processus décisionnel, alors que le comité consultatif d'urbanisme (CCU) de Lac-Simon n'a pas tenu de vote officiel pour une recommandation au conseil, a-t-elle dit.

«On nous met une résolution, on doit vite faire et nous n'avons aucun document papier. Je suis bien à mal à l'aise de me prononcer sur quelque chose comme ça immédiatement», a déclaré Mme Crête.

«C'est simplement pour dire que la municipalité est d'accord à ce que le promoteur poursuive son projet à partir de ce qu'il nous a présenté et des valeurs qu'on a vues», a rétorqué l'échevin Michel Lavigne.

La résolution adoptée au conseil stipule que les promoteurs devront respecter les normes en vigueur, notamment en ce qui concerne le règlement de citation patrimonial du site. Elle n'engage cependant pas la municipalité à accepter ou non le projet final. PLUS >>>