Sunday, March 23, 2014

Domaine des Pères Sainte-Croix & Bar L'Aventure de Lac-Simon Vendu

Domaine des Pères Sainte-Croix & Bar L'Aventure de Lac-Simon Vendu!
 

Le Domaine des Pères Sainte-Croix vendu
Benoit Sabourin
Le 22 mars 2014
Le Droit
Sur le marché depuis l'automne 2012, le Domaine des Pères Sainte-Croix, à Lac-Simon, a finalement été vendu pour la somme de 2,5 millions de dollars à une société à numéro dont l'unique actionnaire est l'homme d'affaires de Brownsburg-Chatam, Alexandre Després.

Selon les documents consultés par LeDroit, la transaction a été officialisée vendredi entre la Congrégation des Pères Sainte-Croix et la compagnie constituée en janvier dernier. Cette dernière a comme premier secteur d'activités l'exploitation de bâtiments résidentiels et de logements, peut-on lire sur le site web du Registre des entreprises du Québec. M. Després agit à titre de président et représente le seul administrateur de la société.

Ce dernier avait également acheté, en janvier, le Bar L'Aventure, toujours à Lac-Simon, pour un montant de 175000$. Au moment d'écrire ces lignes, Le Droit n'avait toujours pas réussi à le contacter.

Rappelons que le dossier a fait couler beaucoup d'encre depuis 2012, notamment en raison de la crainte de plusieurs citoyens de voir le site de 48 acres être vendu à des promoteurs immobiliers. Deux demandes de classement patrimonial ont déjà été balayées du revers de la main par le ministère de la Culture et des Communications. Une troisième requête du genre a récemment été envoyée à Québec par un résident de la région. Par ailleurs, un règlement adopté par la municipalité de Lac-Simon à l'été 2013 cite déjà à titre de lieu patrimonial l'endroit.

La représentante du Regroupement pour la sauvegarde du Domaine des Pères Sainte-Croix, Chantal Crête, n'a pas voulu commenter la vente. Quant au maire de la municipalité, Jacques Maillé, il a affirmé, hier après-midi, qu'il n'était pas au courant que la transaction avait été effectuée. Il dit vouloir prendre connaissance du dossier avant de réagir.

Bâti en 1933, le Domaine des Pères Sainte-Croix servait de refuge d'été pour les religieux. L'argent de la vente doit servir à financer leur retraite. PLUS >>>

Passage chez le notaire pour le Domaine des Pères
François Robert
le 24 mars 2014
La Petite Nation

Les parties impliquées dans la vente du Domaine des Pères de Sainte-Croix dans la municipalité de Lac-Simon ont passé devant le notaire la semaine dernière, a confirmé le directeur administratif de la communauté pour la province francophone du Canada, Robert Bélanger.

La transaction d'une valeur de 2,5 millions de dollars entre la Congrégation des Pères de Sainte-Croix et la compagnie à numéro enregistrée au nom de l'homme d'affaires Alexandre Després survient après l'adoption par le conseil municipal d'un règlement relatif à la conservation des parties jugées patrimoniales du site. On retrouve des bâtiments et une chapelle construits dans les années 30 sur le domaine de 48 acres.

 «Il est bien entendu que dans la transaction il est prévu qu'ils vont être respectueux des exigences de la législation municipale qui a été adoptée pour la classification», a assuré Robert Bélanger.

La démarche entreprise par un groupe de citoyens de la région visant à obtenir une protection supplémentaire du site par le ministère de la Culture et des Communications du Québec s'est soldée par un échec.

Alexandre Desprès est aussi le nom de l'acquéreur du Bar L'Aventure, non loin de là, sur la route 321 dans la municipalité de Lac-Simon.

Il reste environ 120 Pères de Sainte-Croix dans la communauté francophone du Canada. Plusieurs sont très âgés et plus en mesure de venir profiter de cette oasis. L'argent provenant de la vente devrait servir à financer leurs retraites. PLUS >>>

*****************
Le Bar L'Aventure de Lac-Simon est vendu
Jessy Laflamme
le 17 janvier 2014
La Petite Nation
Le bar L'Aventure de Lac-Simon a été acheté au coût de 175 000 $ par un homme d'affaires de Brownsburg-Chatham, Alexandre Despres.

Un permis de brûlage a été demandé par le nouveau propriétaire à la municipalité de Lac-Simon pour brûler différents matériaux. Il est impossible pour l'instant d'avoir plus de détails concernant les projets de l'homme d'affaires pour cet ancien bar fermé depuis au moins 2011.

La municipalité de Lac-Simon avait aussi fait une offre d'achat de 160 000 $ afin d'acquérir l'endroit pour y installer les bureaux municipaux. PLUS >>>

Saturday, March 22, 2014

La Petite-Nation La Lièvre Dévoile ses Circuits Cyclistes

 le bénévole Jean-Yves Turpin; Richard Charlebois, conseiller au CLD Papineau et coordonnateur du projet; le bénévole Marc Lemay; et le bénévole Louis-Paul Guindon

La Petite-Nation La Lièvre dévoile ses circuits cyclistes
Benoit Sabourin
le 22 mars 2014
Le Droit
Les cyclistes qui souhaitent entreprendre une randonnée sur les routes de La Petite-Nation et de La Lièvre ont désormais sous la main une liste officielle de circuits.

La «carte à vélo», dévoilée vendredi par le Centre local de développement (CLD) et la MRC Papineau, propose 14 boucles qui traversent 12 municipalités. Divisés en quatre degrés de difficulté, les 14 circuits proposent des distances variant entre 20 et 68 kilomètres.

Le guide met aussi en lumière les lieux d'hébergement et les attraits touristiques, agrotouristiques et culturels situés à proximité des différents trajets.

Au total, 20000 exemplaires de cette première carte du genre pour le territoire de Papineau seront distribués gratuitement dans 250 points de service au cours des prochaines semaines. Le document sera également disponible sur le site web des 24 municipalités de la MRC.

Actuellement, 90% des pistes cyclables et circuits à vélo de l'Outaouais sont concentrés à Gatineau. Ce nouvel outil vient se greffer à l'offre de services déjà en place, note la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande. Cet ouvrage cartographié était devenu nécessaire pour la région de la Petite-Nation La Lièvre.

La pratique du vélo prend du galon au Québec depuis les dernières années, rappelle-t-elle. «Ce qu'on vise, c'est que tous les secteurs de l'Outaouais aient des circuits de vélo. Il faut que toute la région travaille ensemble. Avec cette carte, on offre un complément à ce qui se fait à Gatineau», a-t-elle indiqué.

Mme Lalande croit par ailleurs que ce nouveau guide aura des effets bénéfiques sur le tourisme, mais aussi sur l'arrivée de nouveaux habitants dans la MRC. «C'est un projet dont tout le monde va pouvoir profiter. C'est un outil d'abord pour nos gens qui veulent avoir des opportunités au niveau des loisirs. C'est aussi pour attirer le monde chez nous. Si on est capable d'offrir des services de qualité dans le domaine du sport, les familles viendront s'installer ici.»

La «carte à vélo» a été créée à partir d'un inventaire dressé par Jean-Yves Turpin, Louis-Paul Guindon et Marc Lemay, trois bénévoles qui ont accepté de pédaler plusieurs centaines de kilomètres pour désigner les parcours les plus intéressants.

Le projet, qui a coûté 10000$, a été coordonné par le CLD Papineau et financé par la MRC. L'agence HotDog Trio, de Saint-André-Avellin, était responsable du graphisme. PLUS >>>


Les trois cyclistes: Jean-Yves Turpin, Marc Lemay et Louis-Paul Guindon avec le conseiller en développement touristique du CLD Papineau, Richard Charlebois, la présidente du CLD Papineau, Thérèse Whissell et la préfète de la MRC Papineau, Paulette Lalande

Quatorze nouveaux circuits de vélo
François Robert
le 21 mars 2014
La Petite Nation
Les amateurs de vélo disposent dorénavant d'une carte présentant 14 circuits dans la Petite-Nation et la Basse-Lièvre.

La carte financée conjointement par la MRC Papineau et le CLD Papineau a été imprimée à 20 000 exemplaires. Elle sera disponible dans les hôtels de ville de la région, bureaux d'information touristique et sur le site web de la MRC.

Les niveaux de difficulté des différents circuits sont identifiés par quatre couleurs. De nombreuses informations pertinentes aux cyclistes sont regroupées, la carte a été pensée pour eux.

Trois passionnés de vélo ont testé l'ensemble du territoire avec leurs mollets, leurs yeux et leurs cœurs de cyclistes pour proposer ces circuits et leurs noms. Jean-Yves Turpin, Marc Lemay et Louis-Paul Guindon ont notamment retenu une randonnée sinueuse à deux options entre Namur et Boileau; ainsi qu'une randonnée de La Blanche et une ballade du lac Groleau.

Le designer graphique Yan Marchildon de l'équipe HotDog Trio de Saint-André-Avellin a travaillé à la transposition de la vision des cyclistes, de la MRC et du CLD sur une carte format poche et agréable pour l'œil au moment de la consultation.

La mairesse de Saint-André-Avellin et présidente du CLD Papineau, Thérèse Whissell, a souligné l'importance d'une telle initiative pour le développement économique de la région. Le président du comité de revitalisation de la route 148, et conseiller à Plaisance, Raymond Ménard, a abondé dans le même sens, cela attirera notamment de nouveaux visiteurs sur la route 148 le long de la rivière des Outaouais. PLUS >>>

Sunday, March 16, 2014

De Grands Honneurs pour le Domaine Mont-Vézeau



Le Domaine Mont-Vézeau gagne un prix en Chine
le 14 mars 2014
Jessy Laflamme
La Petite Nation

Le vin de fraise Zéphyr 2012 du Domaine Mont-Vézeau a remporté une médaille de bronze dans la catégorie des vins spiritueux au concours international China Wine et Spririts Awards (CWSA).

La boisson de Ripon s'est démarquée parmi plus de 3500 vins provenant de partout à travers le monde lors de cette plus importante compétition de vins et spiritueux tenue à Hong Kong et en Chine.

Le Zéphyr est un vin très particulier par son procédé de transformation, dont le taux d'alcool est de 16% obtenu par fermentation. Il accompagne à merveille aussi bien une fondue au chocolat noir qu'un fromage frais ou une entrée avec foie gras.

Ce vin a fait son entrée à la Société des alcools du Québec (SAQ) au printemps 2011 où on peut le retrouver dans près de 180 succursales au Québec.

Il est aussi possible de se procurer ce vin directement au vignoble où poussent 9000 pieds de vigne et cinq acres de fraise ainsi qu'au Marché public de la Petite-Nation en saison estivale.

Pour participer à ce concours en Chine, les propriétaires du vignoble, Jean-Pierre Foucault et Linda Boulianne, ont fait appel à une agence. «Nous voulons graduellement faire une entrée en Chine, mais sans négliger le Québec», indique M. Foucault.

D'ailleurs, le couple d'agriculteurs participera à différents événements au Québec prochainement, don le Salon des vins à Victoriaville ainsi qu'à Saint-Félicien, pour promouvoir leur Zéphyr ainsi que leurs quatre autres vins, rouges et blancs.

Cette nouvelle médaille s'ajoute aux médailles d'Or remportées avec la cuvée 2011 au concours Coupe des Nations 2013 à la compétition internationale de vins et cidres du Festival de gastronomie de Québec ainsi qu'au All Canadian Wine Championship 2013. PLUS >>>

De grands honneurs pour le Domaine Mont-Vézeau
Benoit Sabourin
le 16 mars 2014
Le Droit

Grâce au Domaine Mont-Vézeau, le nom de Ripon a retenti jusqu'à Hong Kong, le week-end dernier, dans le cadre du China Wine & Spirits Awards Best Value 2014, la plus prestigieuse compétition chinoise de vins et spiritueux.

Les viticulteurs de la Petite-Nation, Linda Boulianne et Jean-Pierre Foucault, ont vu leurs efforts récompensés avec la cuvée aux fraises Zéphyr 2012, qui a obtenu une médaille de bronze dans la catégorie «spiritueux».

Avec les 12 heures de décalage entre la Chine et le Québec, le couple, qui tient les rênes du Domaine Mont-Vézeau depuis 2001, n'a appris la bonne nouvelle que mercredi soir, par l'entremise du site Web de la compétition.

Jean-Pierre Foucault ne s'attendait pas à ce que son vin de fraises décroche un honneur en Asie. Comme le marché chinois est particulièrement difficile à percer, cette mention est d'autant plus la bienvenue.

«On aspire toujours comme un Olympien à la médaille d'or. Par contre, dans un événement comme ça, avec un produit qui n'est pas vraiment connu, c'est certain que ça fait un petit velours d'avoir le bronze», note le viticulteur.

Il ne s'agit pas d'une première reconnaissance pour le couple. En 2013, le Domaine a décroché une médaille d'or au cours de la Coupe des Nations à Québec, et une autre au Championnat des vins canadiens tenu à Windsor.

Le couple espère que cette plus récente mention d'honneur aura des retombées positives sur ses produits qui reposent sur une culture de 9000 pieds de vignes et cinq acres de fraises. La cuvée annuelle du Zéphyr atteint entre 6000 et 6500 litres, soit 12000à 13000 bouteilles. Il a fait son entrée sur les tablettes de plus de 180 succursales de la Société des alcools du Québec depuis le printemps 2011. En plus de produire cette boisson aromatisée, le vignoble de Ripon offre une collection de vins traditionnels. PLUS >>>

Wednesday, March 5, 2014

Des Proches des Hells Angels Arrêtés en Outaouais


Des proches des Hells Angels arrêtés en Outaouais
Louis-Denis Ebacher
le 05 mars 2014 à 09h35
Le Droit
Un important réseau de vente de cocaïne relié aux Hells Angels a été démantelé, mercredi matin, à Gatineau.

L'Escouade régionale mixte de l'Outaouais a perquisitionné plusieurs endroits dans la région, au terme d'une enquête de deux ans.

Le projet Intouchable a débuté en octobre 2012.

Les forces de l'ordre ont arrêté 11 personnes, mercredi matin, dans ce qu'elles qualifient «d'opération majeure». Une douzième personne compte se rendre au courant de la journée, a-t-on appris.

Pendant l'enquête policière, les suspects auraient écoulé des quantités considérables de drogue. La Sûreté du Québec (SQ) affirme être en mesure de prouver que le réseau a écoulé 25 kilogrammes de cocaïne, en 2013.

Le porte-parole de la SQ en Outaouais, Marc Tessier, a confirmé que les suspects sont reliés aux motards criminalisés. Il ne s'agit pas de membres en règle, mais de sympathisants proches des Hells Angels.

Les présumés trafiquants auraient fait le commerce de la drogue sous l'oeil attentif de plusieurs corps policiers de l'Outaouais, dont la Gendarmerie royale du Canada, la Sûreté du Québec, et la police de Gatineau. La police de la Municipalité régionale de comté des Collines-de-l'Outaouais a aussi collaboré à l'enquête.

Les activités du groupe étaient principalement concentrées à Gatineau. «Fait assez rare au Québec, rajoute le sergent Tessier, les suspects produisaient eux-mêmes le crack à partir de leur cocaïne.»

La tête dirigeante présumée est Martin Lortie, 34 ans. Trois des douze suspects sont accusés de gangstérisme. Il s'agit de Martin Lortie, Rénald St-Laurent, 53 ans, et Christian Aubin, 34 ans. Ce dernier, visé par un mandat, devrait se rendre au courant de la journée.

La douzaine de personnes comparaîtra mercredi après-midi au palais de justice de Gatineau, sous des chefs d'accusation de gangstérisme, de trafic de stupéfiants, de possession de stupéfiants en vue d'en faire le trafic, de complot, de recel et de production de stupéfiants.

Une quarantaine de policiers a été mise à contribution. Des arrestations ont été menées à Val-des-Monts, Gatineau, et Saint-Sauveur.

Mercredi, les policiers ont saisi 200 grammes de cocaïne, 80 grammes de crack, un Dodge Ram (considéré comme étant un bien infractionnel), 50 grammes de cannabis, 30 000$ en argent comptant, 70 millilitres de GHB et de l'équipement servant à la production, à la transformation et à la distribution de stupéfiants.

Les autres suspects sont Luc Poitras, 39 ans, Michel Cabana, 40 ans, Maxime Gauthier, 25 ans, André Kenemy, 62 ans, Fabien Lortie, 27 ans, Stéphane Bouffard, 39 ans, Jacques Dussault-Sylvestre, 35 ans, Denis Giroux, 42 ans et Martin Schryer, 42 ans.

L'enquête se poursuit et d'autres arrestations sont à prévoir. PLUS >>>

Un réseau de trafic de stupéfiants démantelé
Marie Pier Lécuyer
le 05 mars 2014
Info 007
Un réseau de trafic de stupéfiants de Gatineau a été la cible ce matin de l’Escouade régionale mixte (ERM) de l’Outaouais, alors qu’onze personnes ont été arrêtées.

Les suspects seraient impliqués dans du trafic de cocaïne, de crack et seraient aussi reliés aux motards criminalisés. La Sûreté du Québec considère ce réseau comme très important en Outaouais, explique son porte-parole, Marc Tessier. «L’enquête tend à démontrer que ces personnes entretenaient un lien étroit avec les Hells Angels, précise-t-il. Le réseau a écoulé au moins 25 kilos de cocaïne dans la dernière année.»

Les trois suspects les plus importants, Martin Lortie, 34 ans, Christian Aubin, 34 ans et Rénald St-Laurent, 53 ans, feront notamment face à des accusations de gangstérisme.

Les autres hommes arrêtés dans le cadre de cette vaste opération sont Michel Cabana, 40 ans, Maxime Gauthier, 25 ans,  André kenemy, 62 ans, Fabien Lortie, 27 ans, Luc Poitras, 39 ans, Stéphane Bouffard, 39 ans, Jacques Dussault-Sylvestre, 35 ans, Denis Giroux, 42 ans et  Martin Schryer, 42 ans.

Ils comparaîtront au Palais de justice de Gatineau et pourraient bien faire face à de nombreuses accusations, dont gangstérisme, trafic de stupéfiants, possession de stupéfiants en vue d’en faire le trafic, complot, recel et production de stupéfiants.

L’opération conjointe a mobilisé près de quarante policiers des différents corps policiers, dont la Sûreté du Québec (SQ), le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), avec la collaboration du Service de sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

L’enquête se poursuit et d’autres arrestations sont à prévoir.

La Sûreté du Québec en a profité pour rappeler que toute information relative au trafic de stupéfiants peut être transmise en tout temps et de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la SQ AU 1 800 659-4264. PLUS >>>

Une dizaine d’arrestations en Outaouais pour trafic de stupéfiants
le mercredi 5 mars 2014
Radio Canada
L'Escouade régionale mixte de l'Outaouais a procédé mercredi matin au démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants qui opérait à Gatineau. PLUS >>>

Outaouais : démantèlement d'un réseau de trafic de drogue
TVA Gatineau
L'Escouade régionale mixte de l'Outaouais a procédé, mercredi matin, au démantèlement d'un réseau de trafic de stupéfiants. Cette vaste opération a mené à l'arrestation de 11 personnes. Elles sont, entre autres, soupçonnées de trafic de cocaïne. Les individus appréhendés seraient reliés aux motards criminalisés. Ils comparaîtront au palais de justice de Gatineau pour faire face à toute une série d'accusations dont gangstérisme et production de stupéfiants. PLUS >>>>

Tuesday, February 25, 2014

Les Hell's Angels: Une visite calculée des Hells en Outaouais


Une visite calculée des Hells en Outaouais
le 24 février 2014
Le Droit
Des membres en règle des Hells Angels de l'Ontario et de l'ouest du pays se sont montrés sur le territoire de Gatineau, cette fin de semaine.

Le 104,7 FM a révélé lundi que des motards appartenant au groupe criminalisé s'étaient présentés au bar de danseuses nues Le Pigale, dans le secteur Gatineau.

Des membres de l'Ontario et de la Saskatchewan ont entre autres été aperçus, dans l'établissement du boulevard Gréber, dans la nuit de vendredi à samedi.

Leur démonstration n'aurait pas fait place à d'incident majeur, mais «cela annonce possiblement un printemps chaud», entrevoit l'ex-agent infiltrateur spécialisé dans le crime organisé, Éric Nadeau. «Ils ne donnent pas de coup d'épée dans l'eau.»

Cette visite des Hells Angels de l'Ontario et de l'Ouest démontre que Gatineau et l'Outaouais représentent une manne. «Il est possible que leurs sympathisants se soient plaints que des gangs de rue aient monopolisé l'attention, explique-t-il. Ça peut aussi être des plaintes de plusieurs tenanciers de bar sur des gens indésirables dans leurs établissements.»

Cette opération qualifiée de «relation publique» par M. Nadeau pourrait se répéter d'ici l'été, en Outaouais. «Nous les avons vus en 2007, 2012 et 2013. Ils savent ce qu'ils font. Ce n'est pas un hasard s'ils se présentent dans la région», poursuit l'ex-agent.

Le Service de police de la Ville de Gatineau dit avoir fait des vérifications de routine, cette fin de semaine. Elle ne rapporte pas d'arrestation ni d'incident majeur. PLUS >>>

Les Hell's Angels affichent leurs couleurs à Gatineau
104,7 FM 
Le 1047 Outaouais a appris qu'un rassemblement public du groupe de motards criminalisés Hell's Angels a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi à Gatineau.

Les Hell's ont montré leurs couleurs dans un bar bien en vue de la région.

Plusieurs membre en règle, ceux qu'on appelle communément des «fulls patchs», étaient bien visibles vendredi dans le club de danseuses le Pigale sur le boulevard Gréber à Gatineau.

On pouvait voir des Hell's Angels de l'Ontario et des provinces de l'Ouest canadien comme la Saskatchewan.

Selon l'ex-agent infiltrateur de bandes de motards criminalisés pour la Police de Montréal Éric Nadeau, les Hell's d'ici ont besoin de renforts à la suite des arrestations de masse survenues dans le cadre de l'opération SharQC.

M. Nadeau estime que les 156 individus arrêtés notamment au Québec en avril 2009 ont maintenant des probations et des conditions à respecter.

Voilà pourquoi, selon lui, ce sont notamment des membres des Hell's hors-Québec qui ont manifesté leur présence au Pigale vendredi.

Pour l'ex-infiltrateur Éric Nadeau, il ne fait aucun doute que les Hell's ont de la suite dans les idées pour Gatineau.

Écoutez-le en audio ci-joint.

Quant à la Police de Gatineau, elle confirme qu'elle était au courant de ce rassemblement des Hell's Angels au Pigale vendredi.

Le SPVG se limite à dire que des opérations de routine ont été menées en lien avec cette réunion.  PLUS >>>

Sunday, February 23, 2014

Jean-Guy Paquin Récidive avec Au Pays des Weskarinis


Paquin récidive avec Au Pays des Weskarinis
François Robert
le 23 février 2014
La Petite Nation

Le passionné d'histoire de la Petite-Nation et du patrimoine des Amérindiens qui ont occupé le territoire, Jean-Guy Paquin, récidive avec un second livre: Au pays des Weskarinis et rencontre un public enthousiaste.

La filée était longue de gens souhaitant faire dédicacer une copie du plus récent ouvrage de Jean-Guy Paquin le 23 février à l'Auberge Viceroy du Lac-Simon. Dans la foule, plusieurs représentants de diverses communautés amérindiennes du Québec.

Parmi ceux qui s'étaient déplacés, soulignons notamment la présence d'une descendante d'Amable Canard-Blanc, qui a donné son nom à la célèbre île du Lac-Simon, Yvonne Simon-Canard-Blanc. Un autre ayant du sang de Canard-Blanc, le grand chef de la réserve de Kitigan Zibi en bordure de Maniwaki, Gilbert Whiteduck, avait aussi fait un voyage spécial pour l'occasion. «J'ai eu de bonnes relations avec M. Paquin. Nous avons eu des échanges auparavant. Sachant aussi qu'il allait écrire dans son livre concernant la famille Canard-Blanc. J'ai eu la chance de le regarder rapidement depuis que nous sommes arrivés et oui ça me touche très profondément.»

«J'avais lu son premier livre d'un bout à l'autre, a poursuivi le chef Whiteduck. Et aussi lors de ma venue il y a un peu plus d'un an, M. Paquin m'avait remis toute la généalogie qui remonte aux années 1700, il y a une valeur inestimable pour nous, de voir tous ces noms et liens de parenté.»

Des représentants du clan Kitchisaga, dont Stephane Arontio Berndt et Marc Nareau étaient également venus se procurer les deux livres de M. Paquin au sujet des autochtones. M. Nareau en a profité pour entonné un chant de paix et distribuer symboliquement du maïs blanc.

Celle qui a préparé le poste de traite du parc Oméga et le sentier des premières nations, Jocelyn Mc Nichols, s'est inspiré de l'ouvrage précédent de M. Paquin pour savoir où aller chercher des photos d'archives pertinentes et se promet bien de consulter aussi le nouveau volume en lien avec la suite du développement du sentier.

Le président de la Société historique de Saint-André-Avellin, Raymond Whissell avait lui aussi hâte de mettre la main sur la suite du livre Au pays de Canard-Blanc. «Je connais la qualité des recherches de M. Paquin. Si nous recevons des artefacts liés au passage des Amérindiens à Saint-André-Avellin, nous pourrions inclure une mention au Musée des pionniers.»

Le conteur et grand ami de la cause amérindienne, Patrick Gravel, avait eu la chance de voir des extraits du livre en préparation. Ce livre cadre bien avec son projet de ramener des noms autochtones à des lieux remplis de sens, dont le Lac Commandant devenu Lac Papineau à Boileau.

L'ouvrage fruit de longues recherches dans les archives et présenté sous forme de récits comporte de nombreuses reproductions de photographies anciennes. PLUS >>>





Friday, January 17, 2014

Les Pères de Sainte-Croix Amorcent leur Retrait & Bar L'Aventure Vendu


La vente du domaine des pères à Lac-Simon ne fait pas l'unanimité dans la communauté
François Robert
le 18 janvier 2014
La Petite Nation

Du bout des lèvres, le directeur du camp des Pères de Sainte-Croix dans la municipalité de Lac-Simon, Pierre Labine, a confirmé que la vente du domaine ne fait pas que des heureux parmi les pères.

«Il y a un règlement de protection du site par la municipalité, mais on sait que les règlements sont généralement aussi forts que ceux qui les appliquent, a indiqué le père Labine. C'est un des risques. Nous étions plusieurs à ne pas être contre la vente. Par contre, nous aurions préféré que ce soit préservé comme tel et que ça serve pour la communauté, par exemple pour continuer d'accueillir des groupes ici.»

La direction de la communauté a simplement appris à ses membres que c'était vendu et que le passage devant le notaire devrait se faire au début février.

L'atmosphère de deuil était palpable lors du passage de TC Media sur le site vendredi. «Vider les lieux comme ça, ce n'est pas quelque chose que je fais de gaieté de cœur, admet le père Labine. Le père Antonio et moi avons beaucoup travaillé pour entretenir l'endroit… c'est beaucoup de souvenirs, voilà depuis 1977 que je fréquente les lieux et mon collègue encore plus.»

Il reste environ 120 Pères de Sainte-Croix dans la communauté francophone du Canada. «Il faut se rendre à l'évidence, dans notre province, la plupart des Pères sont âgés et plusieurs ne peuvent même plus venir», souligne le père Labine. PLUS >>>


Les pères de Sainte-Croix amorcent leur retrait
François Robert
le 17 janvier 2014
La Petite Nation

Les Pères de la Congrégation de Sainte-Croix ont commencé à retirer plusieurs éléments de leur domaine de Lac-Simon cette semaine alors que l'acte de vente devrait être signé devant notaire au début février.

«Depuis plusieurs années, nous avions des groupes qui venaient ici pour des retraites, c'est un peu un jour triste pour nous, a admis le directeur du camp, le père de Sainte-Croix, Pierre Labine. Nous avons entreposé dans une autre maison de la communauté plusieurs des éléments liturgiques de la chapelle. Des représentants du Centre d'interprétation du patrimoine de Plaisance sont présents ici aujourd'hui pour récupérer l'autel sur laquelle nous avons célébré la messe pendant 80 ans. L'autel du côté avec le tabernacle sera aussi amené et pourrait faire partie d'une future exposition au centre.»

Le directeur général de la municipalité de Lac-Simon, Benoit Hébert, a pour sa part confirmé être au courant que plusieurs éléments avaient été retirés du site cette semaine. Par mesure préventive, l'agente de développement culturel au CLD Papineau, Marie-France Bertrand, et l'inspecteur municipal, Éric Bordeleau, sont allés sur place prendre des photos pour s'assurer que les changements effectués à l'avenir respectent le règlement de protection du patrimoine adopté spécialement pour le domaine par la municipalité.

La démarche entreprise par un groupe de citoyens de Lac-Simon pour obtenir un statut patrimonial et une protection du ministère de la Culture du Québec pour l'ensemble du domaine s’est soldée par un échec, indiquait une récente lettre du ministre, Maka Kotto. PLUS >>>

Le Bar L'Aventure de Lac-Simon est vendu
Jessy Laflamme
le 17 janvier 2014
La Petite Nation

Le bar L'Aventure de Lac-Simon a été acheté au coût de 175 000 $ par un homme d'affaires de Brownsburg-Chatham, Alexandre Despres.

Un permis de brûlage a été demandé par le nouveau propriétaire à la municipalité de Lac-Simon pour brûler différents matériaux. Il est impossible pour l'instant d'avoir plus de détails concernant les projets de l'homme d'affaires pour cet ancien bar fermé depuis au moins 2011.

La municipalité de Lac-Simon avait aussi fait une offre d'achat de 160 000 $ afin d'acquérir l'endroit pour y installer les bureaux municipaux. PLUS >>>

Thursday, January 2, 2014

La Faillite pour l'Auberge Viceroy



Un premier acheteur sérieux sur les rangs pour l'Auberge Viceroy
François Robert
le 14 janvier 2014
La Petite Nation

Le co-propriétaire du Bistro Fleur de Thym situé dans l'Auberge Viceroy, Marc Beaudoin, a mandaté un expert, Claude Latulippe, pour procéder à l'évaluation des travaux à réaliser sur le bâtiment et se dit pratiquement assuré de présenter ensuite une offre d'achat calibrée en fonction de cette évaluation.

Rappelons que l'auberge n'accueille plus de visiteurs depuis le 17 décembre après que la propriétaire actuelle, Marie-Agnès Lacoste, ait placé l'entreprise sous la loi de protection contre les créanciers. Grâce aux clauses de leur bail, les propriétaires du restaurant Fleur de Thym peuvent poursuivre leurs activités durant cette période d'incertitude.

Lors de la récente rencontre avec les créanciers de Mme Lacoste, le montant auquel l'auberge sera mise en vente n'a pas été dévoilé, précise M. Beaudoin.

«À part le Spa, il n'y a aucune rénovation qui a été faite au cours des dernières années, déplore le restaurateur. Il y a des choses qui ne pressent pas, mais il y a des choses urgentes, dont notamment la toiture et l'intérieur des chambres qui doivent être refaits.»

Marc Beaudoin confirme que lui et sa conjointe qui est également copropriétaire du restaurant et cadre dans l'industrie hôtelière sont en pourparlers avec des investisseurs en vue d'acheter l'auberge, mais il n'est pas encore prêt à révéler l'identité des éventuels partenaires. PLUS >>>

****************

La faillite pour l'Auberge Viceroy
Benoit Sabourin
le 31 décembre 2013
Le Droit

Une baisse d'achalandage accrue ces dernières années a eu raison de l'Auberge Viceroy à Lac-Simon, dont les portes sont fermées depuis le 17 décembre.

L'entreprise touristique de la Petite-Nation, constituée en 2001, n'opère plus l'établissement de 20 chambres. La propriétaire des neuf dernières années, Marie-Agnès Lacoste, affirme qu'elle n'avait plus les reins assez solides pour assurer la pérennité des lieux.

La femme d'affaires soutient que la récente crise économique et les compressions fédérales ont joué pour beaucoup dans la faillite du complexe hôtelier. Les séminaires, qui représentaient une part très importante de la clientèle de l'auberge, soit 40% du chiffre d'affaires, n'ont plus lieu depuis un certain temps.

Les conditions climatiques de l'hiver dernier ont aussi joué dans l'équation, avance Mme Lacoste. «Les chutes de neige de l'an dernier nous ont coupé les sentiers de motoneiges, ce qui a fait voler en éclat un contrat avec un voyagiste qui avait réservé pour tout l'hiver et qui a dû annuler toutes les réservations», dit-elle.

Associée pendant sept ans, Mme Lacoste a récupéré l'édifice il y a un peu plus de deux ans, mais l'entreprise était déjà en faillite technique. «J'ai tout essayé pour sauver l'endroit, mais j'ai perdu la bataille», mentionne Mme Lacoste, qui a notamment cogné à la porte de la municipalité de Lac-Simon pour obtenir un coup de main financier, mais sans succès.

«Il n'existe pas de programme de subvention pour soutenir les entreprises touristiques, ajoute-t-elle. Il existe des programmes de prêts, mais ce n'est pas ce dont nous avions besoin. Nous avons cherché toutes les solutions possibles, même auprès d'investisseurs, mais le tourisme n'est pas un secteur soutenu.»

Marc Beaudoin, copropriétaire du Bistro Fleur de Thym, situé à l'intérieur de l'Auberge Viceroy, espère pour sa part que cette histoire de faillite n'aura pas d'incidence négative sur ses affaires. Le restaurant demeure d'ailleurs ouvert malgré la fin des opérations du complexe hôtelier puisqu'un bail protégé a été signé entre les parties.

L'Auberge Viceroy embauchait une quinzaine d'employés. Le complexe avait notamment remporté des honneurs lors des Grands Prix du tourisme du Québec en 2005, 2006 et 2009. PLUS >>>



La fermeture de l'Auberge Viceroy irrite le député Iràca
le mardi 31 décembre 2013
Radio Canada

Le député de Papineau, Alexandre Iràca, se désole de la fermeture le 17 décembre dernier de l'Auberge Viceroy, un établissement touristique de la Petite-Nation, en Outaouais.

La plus récente propriétaire des lieux a expliqué à Radio-Canada que cette décision résultait d'une baisse continue de l'achalandage.

D'une part les touristes provenant de l'étranger, qu'ils soient européens ou américains, sont moins nombreux. Les visiteurs locaux eux aussi se font plus rares , notamment la clientèle d'affaires qui fréquentait les lieux pour des séminaires et qui représentait 40 % de l'achalandage.

Pourtant, selon Alexandre Iràca, le potentiel récréotouristique de la région de la Petite-Nation est bien réel.

« Il y a plusieurs petites entreprises touristiques qui fonctionnent très bien. Il y en a des plus grosses qui fonctionnent très bien également, donc il faut faire en sorte que l'on puisse relancer cette entreprise », croit M. Iràca qui compte s'occuper personnellement du dossier dès janvier 2015.

Soutenir les PME

Le député de Papineau soutient qu'il est crucial de soutenir les entreprises comme l'Auberge Viceroy car ce sont des moteurs de l'économie locale.

« Il faut créer des emplois pour que les gens puissent aller en vacances et dépenser dans les milieux touristiques. Alors je pense que c'est une conséquence directe du manque de vision du gouvernement actuel et surtout du manque d'écoute aux petites et moyennes entreprises », estime l'élu libéral.

L'auberge Viceroy, qui demeurait ouverte tout au long de l'année, possédait 20 chambres et employait 15 personnes. Le restaurant attenant à l'établissement restera quant à lui ouvert, car la direction loue cet espace. PLUS >>>

Thursday, December 19, 2013

Le Domaine des Pères Serait sur le Point d'être Vendu

"I think having land and not ruining it is the most beautiful art that anybody could ever want." ~ Andy Warhol


Le Domaine des Pères Sainte-Croix, à Lac-Simon, changera de propriétaire d'ici la fin du mois
Benoit Sabourin
le 09 janvier 2014
Le Droit

La congrégation religieuse, qui a mis en vente le domaine à l'automne 2012, a accepté une offre d'achat, a confirmé le directeur administratif des Pères Sainte-Croix, Robert Bélanger. «En principe, on doit signer la vente d'ici la fin de janvier, a-t-il confirmé au Droit hier. Je ne verrais pas pourquoi ça ne fonctionnerait pas. Nous avons accepté une offre écrite et les conditions ont été acceptées par les deux parties.»

M. Bélanger n'a pas voulu donner de détails sur la transaction, ainsi que sur l'identité de l'acquéreur. La Congrégation des Pères Sainte-Croix est propriétaire des lieux depuis leur fondation au début des années 1930. Selon les chiffres avancés par la communauté religieuse, le site d'une superficie de 48 acres a une valeur d'environ 3 millions $.

Cette information vient confirmer les rumeurs qui circulaient depuis déjà quelques semaines, à savoir que l'endroit allait changer de main prochainement.

Douche froide

Pour Chantal Crête, porte-parole du Regroupement pour la sauvegarde du patrimoine du Domaine des Pères Sainte-Croix, la nouvelle a l'effet d'une douche froide. La deuxième requête de classement pour l'obtention du statut de «lieu historique», envoyée à l'automne 2013 au ministère de la Culture, a été rejetée en décembre.

Mme Crête affirme ne pas être contre la vente, mais estime que les Pères Sainte-Croix n'ont pas été suffisamment attentifs aux doléances des citoyens de Lac-Simon et des environs. Elle soutient que son association avait déposé une offre de 2 millions$ à l'automne 2012 pour acheter le domaine, afin d'y ériger un centre communautaire et de sauvegarder les éléments patrimoniaux.

«Je trouve ça regrettable que la Congrégation était au courant que les citoyens avaient mis en place un projet pour exploiter le site et en faire l'acquisition. C'est désolant qu'on n'ait pas voulu accorder plus de temps et d'intérêt au regroupement de citoyens qui avait un projet pour ce domaine. En bout de ligne, ce qui a pesé dans la balance, ce sont les intérêts pécuniaires. Je pense qu'ils avaient un devoir moral d'accorder une plus grande considération à nos projets», affirme Mme Crête.

Elle espère maintenant que le règlement adopté à l'été 2013 par la municipalité de Lac-Simon, visant à citer à titre de site patrimonial le Domaine des Pères Sainte-Croix, sera assez efficace pour assurer la protection des éléments historiques du lot. PLUS >>>


Le Domaine des Pères à Lac-Simon serait sur le point d'être vendu
François Robert
le 19 décembre 2013
La Petite Nation

La transaction de la vente du Domaine des Pères de Sainte-Croix à Lac-Simon serait sur le point d'être conclue, a confirmé le directeur administratif de la communauté, Robert Bélanger.

Celui-ci estime que la conclusion ne viendra pas en 2013, mais qu'elle pourrait se réaliser tôt en 2014. La dernière version de l'offre a été acceptée à priori, précise M. Bélanger. «Je considère que l'identité des acquéreurs est encore privée pour le moment parce que je ne veux pas partir de polémique encore une fois. Il y a des clauses très claires relatives à l'usage de la propriété dans l'offre d'achat. Je ne peux pas et je ne veux pas aller dans le détail pour le moment. Il s'agit maintenant de donner suite devant notaire.»

Pour l'instant, l'acquéreur en est toujours à l'étape des vérifications usuelles. «C'est le processus normal, a poursuivi M. Bélanger, il y a le certificat de localisation, les titres de propriété, tout l'aspect juridique… c'est un travail qui peut prendre pour une propriété de cette envergure au moins un mois.»

Le mandataire de la congrégation des Pères de Sainte-Croix dans le dossier de la vente du domaine, Robert Dostie, a pour sa part indiqué que tous les éléments religieux et liturgiques seront rapatriés par les Pères. «Tout sera en accord avec la réglementation en vigueur à la municipalité de Lac-Simon qui est assez précise en matière de zonage et d'habitation», a assuré M. Dostie.

Jointe au téléphone pour commenter la nouvelle, Chantale Crête, porte-parole du regroupement pour la sauvegarde de cet endroit, dit avoir entendu des échos contradictoires à ce sujet au cours des derniers jours. Elle a promis que tant que la transaction ne serait pas confirmée officiellement, elle et son groupe continueraient de tenter de faire reconnaître le caractère patrimonial du site par le ministère de la Culture du Québec afin d'en assurer la protection.

Saturday, December 14, 2013

Club d’échangistes Claire et Réjean à l’Auberge Évasion de Lac-Simon

"Any man who can drive safely while kissing a pretty girl is simply not giving the kiss the attention it deserves." ~Albert Einstein

Club d’échangistes à l’Auberge Évasion de Lac-Simon

Claire et Réjean sont maintenant installés à LacSimon à l’Auberge, 544 Chemin du Tour-du-Lac, Lac-Simon, Qc.  
Ils y tiennent un événement par mois!










Wednesday, November 27, 2013

Domaine des Pères Sainte-Croix: Nouvel Appui de Taille au Classement Patrimonial

"The power of imagination makes us infinite." ~ John Muir

"It always seems impossible until it’s done." ~ Nelson Mandela

 Domaine des Pères de Sainte-Croix
Municipalité de Lac-Simon
  

Nouvel appui de taille au classement patrimonial
Benoit Sabourin
Le 26 novembre, 2013
Le Droit

Le nombre d'appuis en faveur du classement patrimonial du Domaine des Pères Sainte-Croix continue de grandir.

C'est au tour de la Société historique Louis-Joseph-Papineau (SHLJO) d'interpeller le ministère québécois de la Culture. Dans une missive envoyée hier au ministre Maka Kotto, dont LeDroit a obtenu copie, le président de l'organisme, Pierre Ippersiel, demande au gouvernement de faire du site un lieu historique.

«L'avenir de ce lieu patrimonial ne semble pas encore assuré et nous désirons apporter notre appui à cette cause importante pour la région», écrit-il.

«Un aspect de ce dossier que nous souhaitons mettre en lumière, c'est la valeur et la richesse historique de certains lieux. [...] Nous croyons important de souligner également la valeur historique de ce lieu qui sera toujours témoin de notre histoire régionale, mais aussi nationale», poursuit le président de la SHLJP.

Cette lettre d'appui s'ajoute à près d'une trentaine d'autres envoyées ces derniers mois par des organismes et citoyens de la région, mais aussi d'ailleurs au Québec.

Parmi eux, on compte l'ancien député Camil Bouchard; l'architecte et cofondateur du mouvement Sauvons Montréal, Michael Fish; la Fédération Histoire Québec; ainsi que des membres du Groupe de recherche archéologique de l'Outaouais.

Une première demande de classement patrimonial du lot mis en vente par la congrégation avait été refusée en janvier dernier.

Le regroupement pour la sauvegarde du patrimoine du Domaine des Pères Sainte-Croix à Lac-Simon a toutefois récidivé l'été dernier. Depuis, c'est le silence radio en provenance de Québec.

La porte-parole du regroupement, la conseillère municipale Chantal Crête, se réjouit de la quantité de missives envoyées à Québec depuis l'été.

Un règlement adopté en janvier dernier par les élus de Lac-Simon permet une certaine protection des lieux, mais le temps presse, soutient-elle. «Ça nous permet de respirer un peu plus facilement, mais comme c'est un règlement municipal, il peut être abrogé.»

Quelques offres d'achat

Du côté des Pères Sainte-Croix, on affirme avoir reçu ces derniers mois au moins trois offres d'achat, en plus de quelques demandes de renseignements.

L'incertitude entourant le statut des lieux nuit cependant à la vente, estime le directeur administratif de la congrégation, Robert Bélanger. «On sait ce qu'on veut classer, mais on n'a aucune précision sur les éléments qui pourraient être sauvegardés.»

«C'est sûr que si ça traîne trop, on va devoir demander au gouvernement de se brancher, ajoute M. Bélanger. On veut bien que les demandeurs poursuivent le processus, mais on aimerait être informés. [...] D'ici la fin de l'année, je pense que ce serait une bonne idée d'avoir l'heure juste.» PLUS >>>

Monday, November 18, 2013

Zone 27-P: Le nombre de logements permis revient à 1 à Lac-Simon

"abracadabra hocus pocus" ~ Bugs Bunny

Sans Panneau Via Capitale

Avec Panneau Via Capitale

Le maire de Lac-Simon, Jacques Maillé, qui est aussi l'ancien directeur général de la municipalité


Condotels à Lac-Simon : le controversé projet ne verra pas le jour
Le 19 novembre 2013

TVA Gatineau
  • Le très controversé projet de condotels à Lac-Simon, dans la Petite-Nation, ne verra finalement pas le jour, du moins pas dans un avenir rapproché.
  • Un nouveau règlement de zonage, adopté tout récemment, bloque de facto ce projet qui suscitait une vive contestation. 
  • En effet, il est désormais interdit d'ériger un immeuble comptant plus d'un logement dans la zone où des promoteurs comptaient bâtir les condotels.

Le nombre de logements permis revient à 1 à Lac-Simon
Jessy Laflamme
le 18 novembre 2013
La Petite Nation

Le nouveau conseil de Lac-Simon a adopté le règlement final pour ramener le nombre de logements permis dans la zone 27-P à un.

Rappelons qu'un projet de condos rendu possible grâce à un changement de zonage permettant la construction de quatre logements par lot a suscité la grogne dans ce secteur.

Le nouveau maire, Jacques Maillé, qui est aussi l'ancien directeur général de la municipalité, souligne que, pour l'instant le nombre de logements restera à un.

«Plusieurs erreurs sont survenues dans le plan d'urbanisme et nous tenons à les corriger, affirme-t-il. Pour ce faire, nous mettrons sur pied un comité de développement durable et économique. Deux élus y siégeront ainsi que des intervenants du monde économique qu'on recrute actuellement. Ce sera à eux de déterminer ce qu'il est préférable de faire. Ainsi, il se peut que ça reste à un ou que ça augmente à deux, trois ou quatre logements permis, on ne sait pas. Chose certaine, avant que ça change, on effectuera des consultations publiques.»

Le règlement final prévoit aussi l'interdiction d'aménager des quais publics sur la baie Gamache.

Puisque la réglementation ne permet maintenant qu'un seul logement, le projet controversé de condos ne pourra pas voir le jour. Les promoteurs avaient menacé de poursuivre la municipalité si une telle situation survenait. Cependant, selon M. Maillé, aucune poursuite ne sera intentée. PLUS >>>

Wednesday, November 13, 2013

La Coopérative santé du Nord de la Petite-Nation

“Do not follow where the path may lead. Go instead where there is no path and leave a trail”—Ralph Waldo Emerson

Deux membres de la coopérative Lise Villenueve et Geraldine Hutton se trouvent avec le président-directeur général de l'Agence de santé et des services sociaux de l'Outaouais, Jean Hébert, lors de la Journée carrière au Palais des Congrès de Montréal.

Du pain sur la planche pour la Coopérative santé du nord de la Petite-Nation
Jessy Laflamme
le 13 novembre 2013
La Petite Nation

La Coopérative santé du nord de la Petite-Nation attend une réponse importante qui pourrait lui permettre de commencer ses travaux de rénovation au local situé à Chénéville dans le même bâtiment que la bibliothèque.

Jeudi prochain, le 21 novembre, le conseil d'administration rencontrera la Caisse Desjardins Petite-Nation pour discuter d'une demande de subvention de 65 000 $.

La coopérative bénéficie déjà d'une somme de 40 000 $ provenant de la municipalité de Chénéville et de la MRC de Papineau dans le cadre du Fonds de soutien aux territoires dévitalisés. Un autre 15 000 $ a été demandé au Centre local de développement de Papineau. La réponse sera donnée à la mi-décembre.

«Les travaux sont estimés à environ 165 000 $ et les soumissions sont déjà reçues, précise une administratrice de la coop, Lise Villeneuve. Il ne manque donc que l'argent pour enclencher l'aménagement de trois salles de consultation.»

Puisque le plan d'affaires est maintenant terminé, les bénévoles mettront aussi en place une campagne de financement auprès des citoyens et des entreprises.

La Chambre de commerce Vallée de la Petite-Nation a déjà été approchée ainsi que les députés de la région.

L'organisme enverra aussi des demandes pour être bénéficiaire d'activités majeures de financement comme le tournoi de golf du Commandant.

Actuellement, la coopérative compte 205 membres. La semaine prochaine, une campagne de recrutement sera amorcée. Des pancartes seront notamment installées dans les dix municipalités impliquées dans ce projet.

Pour ce qui est du recrutement de médecins, le processus est enclenché. «Nous avons participé à la Journée carrière au Palais des Congrès de Montréal et nous nous sommes bien positionnés pour en attirer de la cohorte de 2015. C'est certain que lorsque nous aurons terminé les travaux, ce sera plus concret et ainsi plus facile de recruter», mentionne Mme Villeneuve. PLUS >>>


Petite-Nation: l'ouverture de la coop santé repoussée
Benoit Sabourin
le 12 novembre 2013 
Le Droit

L'ouverture de la Coopérative santé du nord de la Petite-Nation devra se faire au-delà de janvier 2014.

Le c.a. de l'organisme attend toujours une partie des subventions qui lui permettra de boucler le portrait financier établi pour la réfection et le réaménagement des locaux situés au rez-de-chaussée de la bibliothèque municipale de Chénéville/Lac-Simon. Une enveloppe de 100000$ est nécessaire pour réaliser les travaux qui permettront entre autres la mise en place de trois salles de consultation.

L'organisme a déjà reçu la confirmation d'un octroi de 40000$ par la municipalité de Chénéville et la MRC Papineau par l'entremise du Fonds de soutien aux territoires en difficulté. Une seconde tranche provenant d'un autre donateur est attendue d'ici les deux prochaines semaines.

C'est un retard dans la préparation du plan d'affaires qui a retardé l'échéancier initial. La présidente de la coopérative, Doris Larose, ne s'inquiète toutefois pas de la suite des choses.

«Nos plans et devis sont faits, mais nous attendons encore de l'argent et nous sommes en novembre, note-t-elle. Il faudra ensuite débuter les travaux. Nous sommes plus à l'aise de dire que nous ouvrirons nos portes au cours de 2014. On se croise les doigts pour que ce soit à l'hiver, mais on ne veut pas s'avancer. Je suis certaine que les subventions que nous recevrons bientôt vont avoir un effet levier et que tout déboulera assez rapidement.»

Le recrutement se poursuit

Si l'enveloppe de 100000$ est nécessaire à l'avancement du dossier, le nombre de membres doit lui aussi augmenter.

L'organisme a jusqu'à maintenant réussi à attirer 205 personnes dans ses rangs. Selon l'étude de faisabilité, un minimum de 500 membres est nécessaire lors du démarrage, afin d'assurer un fonds de roulement à la coopérative.

Le taux d'adhésion devrait connaître une hausse considérable ces prochaines semaines, estime cependant Mme Larose. C'est qu'un seul point d'inscription existe présentement et il se trouve à Chénéville. «Maintenant que les élections sont terminées, les gens pourront bientôt s'inscrire dans leur municipalité. Nous sommes en train d'organiser tout ça», explique-t-elle.

Pour le moment, aucun médecin n'a encore démontré d'intérêt à venir s'établir à temps plein au sein de la future clinique. PLUS >>>

Thursday, November 7, 2013

Fédération Histoire Québec: Domaine des Pères de Sainte-Croix

"C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain n’écoute pas" ~ Victor Hugo

"Out of clutter, find simplicity. From discord, find harmony. In the middle of difficulty lies opportunity." ~ Albert Einstein  

Une belle article de Richard M. Bégin, Président du Fédération Histoire Québec ce octobre 2013 sur La Patrimoine du Domaine des Pères de Sainte-Croix et La Regroupement de Citoyens pour la Sauvegarde du Patrimoine du Domaine des Pères de Sainte-Croix. L'article inclus:
  • Histoire de cette propriété de 48 acres situé en bordure du lac Simon;
  • Regroupement de Citoyens pour la Sauvegarde du Patrimoine du Domaine des Pères de Sainte-Croix; et
  • Les demandes de classement provincial du site déposée auprès du Ministère de la Culture et des Communications du Québec.
.

Monday, November 4, 2013

Élections 2013: Jacques Maillé prend les rênes à Lac-Simon

"Somebody has to do something, and it's just incredibly pathetic that it has to be us." ~ Jerry Garcia of the Grateful Dead

"For everything you have missed, you have gained something else, and for everything you gain, you lose something else" ~ Ralph Waldo Emerson

Résultats Lac-Simon
Taux de participation à la mairie : 60,1 %
Nombre de votes valides : 915
Nombre de votes rejetés : 17
Nombre d'électeurs inscrits : 1550

Jacques Maillé 524 Richard Crête 391
Louise Houle Richard 492 Paul Malouf 425
Gilles Robillard 466 Don Saliba 429
Odette Hébert 463 Serge Thivierge 449
Chantal Crête 484 Jean-Paul Descoeurs 435
Michel Lavigne 493 Michel Ramirez 419
Jean-Francois David Élu sans opposition
 
Jacques Maillé prend les rênes à Lac-Simon
le 04 novembre 2013
La Petite Nation

Jacques Maillé est le nouveau maire de Lac-Simon avec 524 votes. Son adversaire, Richard Crête en a récolté 391.

Quatre conseillers de l'équipe de M. Maillé, l'ancien directeur général qui a démissionné pour se présenter à la mairie, ont été élus. Il s'agit de Louise Houle Richard qui a battu le conseiller sortant Paul Malouf, de Gilles Robillard qui a gagné contre Don Saliba, de Michel Lavigne qui affrontait Michel Ramirez et de Jean-François David, élu par acclamation.

Chantal Crête et Odette Hébert ont battu les deux anciens maires de l'équipe Jacques Maillé, Jean-Paul Descoeurs et Serge Thivierge.

«Nous nous devons de travailler dans le sens de l'intérêt général et du bien commun de notre municipalité», a déclaré M. Maillé lors de son discours. Questionné à savoir quelles seraient ses priorités au cours des prochaines semaines, le nouveau maire n'a su quoi répondre prétextant être trop fatigué pour y penser. Cependant, il souhaite plus que jamais ramener l'harmonie dans la municipalité. «Je crois qu'au conseil, il sera important de discuter et d'exposer nos idées», a-t-il mentionné.

Pour sa part, Richard Crête ne ferme pas la porte à la politique. «J'ai fait ma campagne comme je voulais la faire et je n'ai pas mis autant d'effort que l'équipe. C'est peut-être ce qui a causé ma défaite, a-t-il dit. Cependant, ce sera pour une prochaine fois.»

Le taux de participation de Lac-Simon est de 60,58%.

Thursday, October 24, 2013

Élections 2013: Débat des Candidats à la Mairie de Lac-Simon

"The fundamental cause of all trouble in the world today, is that the stupid are cocksure while the intelligent remain full of doubt." ~ Bertrand Russell

Update: vendredi 1 novembre: Vote de Correspondence jour 3: 36 voteurs dans la boîte. Donc, total des voteurs 454 sur 1550 = 29% 
Update: mecredi 30 octobre: Vote de Correspondence jour 2: 67 voteurs dans la boîte. Donc, total des voteurs 418 sur 1550 = 27%
Update: lundi 28 octobre: Vote de Correspondence jour 1: 52 voteurs dans la boîte. Donc, total des voteurs 351 sur 1550 = 23%
Update: dimanche 27 octobre: Nous avons 299 votes d'enregistrés sur 1550 total..... donc un taux de participation de 19%.
Update: 25 octobre: Nous avons 311 sur le list par correspondance en 2013. En 2009: 212

“A journey of a thousand miles must begin with a single step.” ~ Lao Tzu
 
Élections 2013: Municipalité Lac Simon
"Voter pour les Indépendants!"

 ****************

Jacques Maillé refuse de permettre aux citoyens de poser des questions aux maires aspirant!

 Débat des candidats à la mairie de Lac-Simon


Débat des candidats à la mairie de Lac-Simon: deux positions face aux questions du public
François Robert
le 22 octobre 2013
La Petite Nation

Lors du débat des candidats à la mairie de Lac-Simon le 22 octobre à l’hôtel de ville de la municipalité, Jacques Maillé, a été questionné par son opposant, Richard Crête, et les deux journalistes présents sur son refus de permettre aux citoyens de poser des questions aux deux aspirants maire.

«J’aimais mieux faire du porte-à-porte et à ce moment-là j’ai compris exactement ce que les gens voulaient. J’ai fait deux fois le porte-à-porte. C’est pour ça que je me suis dit que j’avais déjà les informations sur ce que les gens voulaient», a plaidé Jacques Maillé.

Après cette réponse, son adversaire, Richard Crête, s’est empressé de préciser qu’il était tout à fait disposé à recevoir les questions du public.

Relancé en fin de soirée à savoir si son refus des questions du public pourrait être interprété par certains comme une tentative de fuir les questions du public et un drôle de message, Jacques Maillé est revenu à son plaidoyer du début. «Non, personnellement, je vous l’ai dit, ça fait six mois que je rencontre les gens. Je pense que dans le fond j’ai fait ce que j’ai pu faire pour que les gens puissent s’exprimer et qu’ils n’aient pas d’attente (d’une réponse) en une minute ou deux minutes… j’ai passé parfois une heure, une heure et demie avec certaines personnes. J’ai fait tous les terrains de camping… j’ai rencontré les gens de tous les milieux.»

Idées pour modifier la prestation de services de l’administration municipale

Les deux candidats ont profité de cette rencontre pour présenter certaines de leurs idées afin d’améliorer la prestation de services de la municipalité et son rapport aux citoyens.

Richard Crête voudrait faire jouer un rôle plus important aux nouvelles technologies dans la transmission des informations relatives aux actions de l’administration municipale aux citoyens. «Le monde évolue rapidement et nous devons être ouverts aux nouveautés et nous adapter aux conditions changeantes… Une municipalité se doit d’être à l’écoute de sa population, des entrepreneurs et commerçants. Une population mal informée est souvent craintive, car l’inconnu c’est inquiétant. La municipalité doit partager les informations pertinentes afin de diminuer les inquiétudes et ouvrir les discussions avec les faits et non pas les rumeurs. De nouvelles façons de communiquer sont dorénavant disponibles et nous devons les exploiter de manière efficace. Le virage technologique est non seulement inévitable, mais également très souhaitable. Ainsi nous pourrons rejoindre plus de gens, plus rapidement et probablement à moindre coût. Je propose donc un site web plus performant avec un meilleur moteur de recherche afin de retrouver plus rapidement l’information parmi tous les documents disponibles tels que des procès-verbaux, des résolutions, des règlements, des avis de motion, etc.»

«Je propose également de réduire la quantité de papier et les coûts d’envois en profitant des adresses de courriel pour transmettre les documents aux contribuables qui désirent les recevoir sous ce format, a poursuivi le candidat Richard Crête. Je propose aussi d’afficher l’ordre du jour des séances du conseil sur Internet le plus rapidement possible avant la tenue de la séance afin que les citoyens puissent le consulter avant de se déplacer. Une autre de mes propositions est de diffuser les assemblées du conseil en ligne… les avantages sont nombreux, pensons seulement que plusieurs de nos contribuables n’habitent pas sur le territoire durant toute l’année…»

Pour sa part, l’ancien directeur général de la municipalité qui a démissionné au cours de la dernière année pour se lancer dans la course à la mairie, Jacques Maillé, propose quelques pistes pour réduire les frustrations des citoyens dans leur rapport avec l’administration municipale. «Premièrement, nous mettrons en place un programme de formation de manière à ce que le personnel de l’hôtel de ville soit au service des citoyens. Deuxièmement, nous allons éliminer le plus possible les sources de frustrations, lesquelles génèrent des relations houleuses et même des conflits. Pour cela, nous allons revoir la réglementation pour la rendre plus simple, plus logique, et moins lourde. Par exemple, l’élimination du dépôt de 400$ sur le permis de rénovation. Nous allons également revoir les priorités de manière à améliorer le temps de réponse et raccourcir les délais. Troisièmement, nous allons rapidement mettre en place des canaux de communication qui permettront aux citoyens de s’exprimer. Un bon exemple est le comité des campings.»

«Quatrièmement, nous allons mettre un accent particulier sur la communication et la transparence, a soutenu le chef de l’équipe Maillé. Plus l’information est disponible, plus elle est claire, moins nombreuses sont les sources de frustrations. Cinquièmement, nous serons conséquents, nous allons nous assurer que lorsqu’une décision est prise, elle ne changera pas en cours de route.»

Positions divergentes sur le parc industriel régional de Thurso

«Il a beaucoup de problèmes actuellement, a lancé Jacques Maillé. Lorsque le conseil sera en place, il va devoir regarder tout l’aspect des problématiques qui existent au parc industriel à Thurso. Je ne connais pas présentement le dossier. Quand les membres du conseil en ont pris connaissance, c’était clair que c’était non (Lac-Simon est la seule des 24 municipalités de la MRC à ne pas s’être ralliée au projet lors du vote qui avait eu lieu au conseil des maires). Il y a des choses qui se passent qui font en sorte que ce n’est pas clair que la municipalité devrait prendre une approche différente dans ce dossier-là.»

Son adversaire, Richard Crête, serait prêt à envisager l’aventure à certaines conditions. «J’appuierai le parc industriel régional à Thurso, mais j’ai quand même certaines craintes. Si on est pour participer là-dedans, on veut avoir des retombées pour nos citoyens. Dans le cas ici, ce serait surtout d’avoir des emplois bien rémunérés (à proximité). Ma crainte c’est que la position de Thurso fait que ça pourrait attirer autant du monde de Gatineau pour qui ce serait une façon de sortir du trafic d’Ottawa et de venir travailler plus comme en campagne. J’aimerais mettre certaines dispositions qui favoriseraient que les emplois soient dirigés vers la Petite-Nation et non pas vers le grand marché de Gatineau.»


Marie de Lac-Simon
Les candidats ne font pas courir les foules
Jessy Laflamme
le 22 octobre 2013
Le Droit

Les candidats à la mairie de Lac-Simon, Jacques Maillé et Richard Crête, ont présenté leur plate-forme électorale, mardi, devant seulement une trentaine de personnes.

D'entrée de jeu, l'ancien directeur général de cette municipalité, M. Maillé a mentionné que son équipe composée de résidents permanents croit que la municipalité doit prendre un virage afin notamment d'établir des relations harmonieuses entre les élus, les citoyens et le personnel. «Le climat que l'on connaît doit changer», a-t-il affirmé.

De son côté, M. Crête estime que la communication est au coeur de la compréhension. Ainsi, il souhaite notamment diffuser les réunions du conseil municipal sur le Web pour les rendre accessibles à tous et ajouter une parole au public au début de chaque rencontre.

Ce n'est qu'à la période de questions des journalistes que les candidats ont abordé les dossiers majeurs tels que la zone 27-P. M. Maillé a avoué être favorable au projet de construction de condos qu'a permis le changement de zonage autorisant dorénavant l'érection de 4 logements dans cette zone. Il a aussi mentionné avoir fait appel à une firme lorsqu'il était directeur général pour l'aider dans le processus d'adoption du plan d'urbanisme puisqu'il n'avait jamais fait cet ouvrage auparavant.

En ce qui concerne le Domaine des Pères Sainte-Croix, les deux hommes sont d'avis que c'est le marché qui dictera la suite des événements. De plus, les deux aspirants maires sont plus ou moins en accord avec la demande de classement de patrimoine provincial demandé par un regroupement de citoyens.

Pour ce qui est de la construction d'une salle communautaire, M. Crête, avant d'aller de l'avant dans ce dossier, veut sonder les contribuables pour savoir s'ils croient nécessaire d'investir dans un tel projet. Pour sa part, M. Maillé s'est engagé à ne pas imposer de dépenses exagérées aux citoyens.

La question de la fusion municipale a aussi refait surface, car M. Maillé a profité de son droit de réplique pour questionner son rival à ce sujet. «Je suis en faveur d'une fusion de plusieurs petites municipalités comme Lac-Simon, Duhamel, Montpellier et Chénéville afin de réduire les coûts», a déclaré M. Crête.

De son côté, l'ancien directeur général croit qu'il est plutôt favorable d'établir des ententes intermunicipales pour des dossiers spécifiques comme les matières recyclables ou la bibliothèque.

Pas de question du public

Le candidat Maillé a refusé une période de questions du public, hier soir. «Il est difficile de répondre adéquatement à des citoyens en seulement une minute ou deux et puisque je fais du porte-à-porte depuis plusieurs mois, je ne crois pas que ça soit nécessaire», a-t-il répondu lorsque questionné à ce sujet par les journalistes.

Quant à M. Crête, il avait accepté de répondre aux interrogations de la foule. Finalement, la Chambre de commerce Vallée de la Petite-Nation, l'organisatrice de la soirée, a respecté la demande de M. Maillé. Les citoyens présents n'ont ainsi qu'écouté les échanges. PLUS >>>


 ***********

Jacques Maillé lorgne la mairie de Lac-Simon
Jessy Laflamme
le 24 mai 2013
Le Droit
Le dg de Lac-Simon, Jacques Maillé, démissionne pour briguer la mairie aux élections municipales de novembre.

Il a informé le conseil municipal de sa décision le 3 mai dernier. Il restera en poste jusqu'au 8 juillet pour laisser le temps à la municipalité de lui trouver un remplaçant.

Il travaille présentement à bâtir son équipe et son programme électoral. «Il est important pour moi d'écouter les gens, afin de tous partager une même vision, dit-il. J'irai donc sur le terrain en juillet et en août pour discuter avec eux. Ensuite, je serai prêt à présenter un programme.»

Selon M. Maillé, l'un des dossiers importants est la construction d'un hôtel de ville et d'un centre communautaire. L'édifice actuel ne répond plus aux exigences du code du bâtiment et n'est pas assez grand. Le centre communautaire pourrait aussi servir à loger des citoyens en cas de catastrophe. PLUS >>>