vendredi 4 mai 2012

Gilbert Whiteduck sur les traces de ses ancêtres à l’île Canard Blanc

“Never doubt that a small group of thoughtful, committed citizens can change the world. Indeed, it's the only thing that ever has.”
~ Margaret Mead

Gilbert Whiteduck sur les traces de ses ancêtres à l’île Canard Blanc

François Robert
le 3 Mai 2012
La Petite Nation



Une délégation d’Algonquins de la réserve de Kitigan Zibi menée par le grand chef, Gilbert Whiteduck, est venue visiter le territoire ancestral du Lac-Simon le 3 mai. Ce pèlerinage historique réalisé en collaboration avec les autorités municipales de Lac-Simon a permis d’établir de nouveaux ponts entre les communautés.

Peu après 10h jeudi matin, deux pontons quittaient le quai en face de l’hôtel de ville avec comme première destination le rocher manitou où plusieurs générations de chamanes ont laissé des traces à l’ocre rouge lors de cérémonies, a expliqué le passionné d’histoire et de généalogie, Jean-Guy Paquin, qui a écrit le livre Le pays de Canard Blanc. M. Paquin a maintes fois servi de guide-interprète lors de ce retour aux sources. En lançant de l’eau sur le rocher, l’ocre rouge ressort davantage et l’on peut mieux apercevoir les pictogrammes, notamment des hommes à tête de lièvre, a précisé M. Paquin.

Le groupe s’est ensuite rendu à l’île Canard Blanc, là à où a vécu le dernier Algonquin de la Petite-Nation, Amable Canard Blanc et sa femme Louise Simon, la fille de celui qui a donné son nom au fameux lac. Une cérémonie et un moment de recueillement présidés par une des anciennes de la communauté de Kitigan Zibi ont marqué ce passage sur l’île. La délégation a aussi laissé un monument indiquant sa venue et que le territoire n’avait jamais été cédé par la nation Anishinabeg. Le groupe de Kitigan Zibi a aussi exprimé le désir que le texte des pancartes d’interprétation déjà installées à l’île ayant pris le nom de leur ancêtre soit traduit dans leur langue. Rappelons que la nation algonquine a récemment demandé à ce que les territoires publics de l’île ne soient pas vendus par la MRC, ce qui a été accueilli favorablement.

Lors du dîner qui a suivi à l’Auberge Viceroy, le chef Gilbert Whiteduck a manifesté sa volonté de développer des partenariats avec les municipalités du secteur et la MRC dans un esprit de fraternité et de respect du territoire, en prenant en compte dans chaque décision l’impact sur les sept générations à venir. Durant le repas, M. Paquin a présenté un exposé au sujet de ses recherches sur les liens généalogiques entre Amable Canard Blanc et le chef Gilbert Whiteduck. «C’est incroyable qu’un non-autochtone se soit donné la peine d’effectuer de telles recherches», s’est exclamé le chef Whiteduck, visiblement très ému. PLUS >>>

1 commentaire:

Anonyme a dit...

These are really great ideas in regarding blogging. You have touched some fastidious points here.
Any way keep up wrinting.

Also visit my site ... the pilates studio